CARNET DE VOYAGE >> L’école au Népal
L’école au Népal
L’école au Népal

Ecole publique Shree Sunthakhan secondary, vallée de Katmandou

Après environ une heure de bus, nous marchons pendant trois quarts d’heure avant de parvenir à l’école publique Shree Sunthakhan secondary, au milieu des collines, des rizières, de la poussière et du soleil. Som Nath Niroula sort d’une salle de classe. Nous avons rencontré ce professeur d’anglais quelques jours plus tôt, dans un auto-rickshaw. Il nous a invités à venir découvrir l’école dans laquelle il travaille.

L’école de Shree Sunthakhan accueille les élèves du niveau 1 au niveau 10. Le système scolaire népalais est basé sur le système anglo-saxon. Le premier niveau correspond au CP, le niveau 10 à la classe de Seconde, le 12 à la Terminale. A l’école Shree Sunthakhan, comme dans les autres écoles du Népal, les élèves portent un uniforme. Celui-ci est propre à chaque école. Bien que la scolarité des écoles publiques soit gratuite, les familles doivent fournir l’uniforme.

Les 250 élèves de cette école viennent de familles pauvres. « Ceux qui ont de l’argent envoient leurs enfants à l’English medium school. S’ils sont ici, c’est qu’ils sont pauvres. Leurs parents travaillent dans les champs », nous explique M. Niroula. Les salles de classe sont sommaires : un tableau noir peint à même le mur, de longues tables étroites, des bancs. Pas d’ampoule au plafond, aucune prise électrique au mur. Pas de vitres, mais des volets en bois qui restent ouverts pour laisser entrer la lumière du soleil.

Avant le mois d’avril dernier, à leur arrivée à l’école à 10h, les élèves étaient rassemblés dans la cour pour chanter l’hymne national, en l’honneur du roi. Depuis les élections et la mise en place d’un nouveau gouvernement, les enfants ne chantent plus. Un nouvel hymne a été composé, mais tous les élèves ne le connaissent pas encore.

La journée est divisée en huit périodes de 40 min, au cours desquelles se succèdent les cours de mathématiques, de népalais, d’anglais, de sciences. Le matin, les cours commencent à 10h15 et se terminent à 13h35. Les enfants prennent alors une pause d’une demi-heure : certains rentrent chez eux ; ceux qui habitent plus loin restent à l’école. Ils grignotent éventuellement un morceau. Ils ont déjà déjeuné, car au Népal, le repas principal de la journée se prend vers 10h.

L’après-midi, les cours reprennent à 14h05. Les plus petits terminent la journée à 14h45, au terme de la sixième période. Pour les autres, les cours continuent jusqu’à 16h05. Six jours par semaine. Du dimanche au vendredi. Pour Shanti Nagarkoti et ses camarades de classe, le samedi est jour de repos.

Shanti a 18 ans. Elle est en niveau 9. Elle vit à 20 min à pied de l’école. Les jours d’école, elle se lève à 6h, fait sa toilette, boit du thé, puis s’occupe des tâches ménagères. Elle est la sixième d’une famille de neuf enfants. Ses parents ont plus de 60 ans et ne peuvent plus travailler. Trois fois par semaine, de 6h à 9h, avant d’aller à l’école, elle travaille sur un marché, à côté de Katmandou. Shanti est très sensible et s’évanouit souvent. Elle suit un traitement depuis 8 ans, sans vraiment connaître la cause de ses maux. La semaine dernière, elle a perdu connaissance à l’école. Une ambulance est venue la chercher mais a dû faire demi-tour à l’hôpital. Faute de moyens, la jeune fille n’a pas pu passer d’examens médicaux. Shanti ne se demande pas ce qu’elle fera dans un peu plus d’un an, une fois sa scolarité terminée. Pour elle, c’est une évidence : elle travaillera dans les champs alentours.